Saint François possède la plus grande communauté d’origine indienne de la Guadeloupe. Les premiers indiens ont débarqué en 1854. Souvent en échange d’un salaire de misère, souvent amputé du prix du transport en bateau, les « coulis malabar », comme on les surnommait alors, ont payé un lourd tribut à l’agriculture coloniale et post-esclavagiste. On estime à plus de 20 000 les ouvriers qui ont perdu la vie à s’échiner sur les terres arides de la commune. Avec ses tombes surmontées de croix catholiques, le cimetière qui borde les plages de Raisin-Clairs témoigne de l’intégration réussie de la communauté indienne de la ville.


Leave a Comment