Si les Mc Machins et les pilons de bidul pannés vous laissent sur votre faim, votre patriotisme aigu vous intime de revenir au sandwish local, le bien nommé bokit.
Mais comment font les “expat’”, ceux qui à des milliers de kilomètres ne peuvent que saliver d’un croustillant souvenir épicé ? Pour les londoniens, nous avons une adresse : Bokit’ la.

Thierry Baptiste, Julien Otz et Nicolas Baptiste

Thierry Baptiste, Julien Otz et Nicolas Baptiste

Pour oublier la grisaille londonienne, vous pouvez écouter en boucle le Best of des Beatles ou des Stones, (il faut choisir, c’est une religion), ou bien, faire chanter sous votre palais le croustillant d’une pâte frite, le pimenté d’une chiktaille de morue, tout en sirotant un Vaval. Non vous ne rêvez pas, vous êtes bien à Londres, chez Bokit’ la.
Tenu par 3 jeunes guadeloupéens, Thierry Baptiste, Julien Otz et Nicolas Baptiste, ce stand respire les Antilles. La chaleur qui s’en dégage n’est pas simplement celle au bain d’huile où naissent ces pains dorés fourrés aux saveurs made in Guadeloupe, mais bien celle d’un accueil comme au pays, où le service s’accompagne d’un sourire. Un complet, un végétarien, un saucisse fromage…les commandes s’enchaînent.

Dignes représentants de la créole food aux couleurs madras, ces ambassadeurs régalent aussi de leurs savoureux dombrés aux langoustines, aux moules ou aux escalopes. Ici, le piments n’est pas une option, mais peut se déguster avec parcimonie.
A l’heure de la mondialisation, on ne peut que se réjouir que des “bougs Gwada” exportent le “manjé peyi” dans la capitale anglaise.
Si les biscuits bretons savent judicieusement accompagner le thé anglais, à quand un bokit sucré à tremper dans son Earl Grey ?

Les « Bokits Boys » en images https://www.youtube.com/watch?v=vB6K2th3yrI#t=18

Plus de détails sur le site de Bokit’La : http://www.bokitla.com/
Bokit’La sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/BokitLa/292625517429758


Leave a Comment