By / 31st juillet, 2013 / Goyave / No Comments

Rurale, Goyave donne accès à des sentiers de randonnée parmi les plus beaux de l’île., à travers la forêt humide. En quittant Goyave vers Capesterre Belle Eau, prenez la dernière rue à gauche (elle longe la mer) pour atteindre un petit port de pêche – la seule activité à Goyave avec la culture de la banane – ainsi qu’un chantier de réparation de saintoises.

Une vocation sucrière

De très nombreux goyaviers bordent la principale rivière des environs. Dès 1660 la commune se consacre à la culture de la canne à sucre. Le grand père de Françis Jammes est maire de Goyave de 1847 à 1857. Le poète béarnais n’oubliera jamais ses attaches. “J’entends parfois s’élever en moi un grand murmure tel celui des mers, et je me dis qu’il vient du pays où, sous les goyaviers repose mon aïeul. Car à la Guadeloupe mon père est né.” A la fin du 19ème, la grande sucrerie de la commune, celle de l’habitation Fort’Île, se transforme en distillerie. Elle fonctionne jusqu’en 1973, date à laquelle la culture de la banane remplace celle de la canne.

Jardin d’eau

Les gamins raffolent du jardin d’Eau. Sur quelques hectares, ces pépiniéristes malins ont dessiné un jardin merveilleux dédié à Manman Dlo, la déesse créole de l’eau douce. Le monde des contes et légendes peuplent ce jardin, divisé en autant de beaux panoramas. On peut venir pique niquer au milieu de cette belle collection de plantes tropicales et profiter de superbes points de vue sur les massifs de Basse-Terre et sur les îles.
Pépinière de Blonzac.
Accès : suivre les panneaux à partir du rond point de Petit Bourg, ou continuer sur la N1 direction Goyave et tourner à droite en direction de La Rose.
Tél : 05 90 95 95 95
jardin.deau@wanadoo.fr
Ouvert du mercredi au dimanche de 9h à 17h
Tarif 7€ – Réduit 5€

Plage de Sainte Claire

Son sable gris, parfois herbeux, et la proximité de la mangrove au nord ne la rendent pas très engageante. Jolies vues sur la rade de Pointe à Pitre et sur Marie Galante. Accès : 2km au sud de Goyave.

Saut du Bras du Fort

Une belle petite randonnée sportive (1h AR), récompensée par une baignade sous une chute qui était déjà réputée au début du 20ème siècle. Le chemin traverse la rivière Bras du Fort à plusieurs reprises et oblige à se mouiller les pieds. Cette zone était autrement plantée de cultures vivrières, notamment le fruit à pain, les nèfles et les pois doux. On imagine la peine des travailleurs agricoles, qui cultivaient alors ces terres. Pensez à prendre de l’eau.
Accès : quitter Goyave par la N1 en direction de Bonfils, passer deux ponts (dont un tout petit), puis se garer sur la gauche 300 mètre après le 3ème pont (parking sauvage).
À pieds, prendre à gauche à la 1ère et la 2ème fourche (laisser la bananeraie sur la droite), puis à droite à la 3ème fourche. On s’enfonce alors dans la forêt par une pente raide et assez glissante. Redescendre la butte puis, arrivé au bord de l’eau, remonter la rivière pendant 10-15 minutes. Attention, le sentier est à peine balisé.

Chutes Moreau

Une balade éprouvante mais inoubliable, qui nécessite une bonne condition physique. (min 4h A/R). Cette randonnée permet une immersion totale dans la forêt tropicale humide (ou hygrophile). L’accès aux chutes est particulièrement sinueux, rendu difficile par le franchissement de plusieurs rivières où l’on a souvent les pieds dans la boue. La luxuriance de la végétation doit beaucoup aux précipitations extrêmes qui détrempent le versant Est du massif, où l’on rencontre les plus grands arbres de Guadeloupe (gommier-encens, acomats, châtaigniers géants, palétuviers jaunes…). Après deux petites heures de marche, on peut enfin s’offrir un premier bain en eaux vives sous la chute de Mangle. Un intermède rafraîchissant qui revigore avant de reprendre la marche. La dernière section du chemin est si raide et si boueuse que le parc national a installé un câble pour faciliter l’ascension des randonneurs. Accrochez-vous car cela vaut la peine. À l’arrivée, la récompense est de taille : la chute Moreau rebondit sur les marches d’un escalier minéral, quittant son lit à 100m au dessus de la tête.
Prenez de l’eau et des vivres et pensez à prévoir un change dans la voiture.
Chaussures de marche impératives.
Accès : 5km au sud de Petit Bourg, prendre la route forestière de Douville, sur la droite, continuez sur environ 8km, la route finit par monter un morne caillouteux et accède au parking.


Leave a Comment