By / 13th janvier, 2014 / Actu, Culture / No Comments

Identité, origines, communauté, autant de termes usités pour évoquer des problématiques d’actualité.
Voici deux bons ouvrages sous forme de bandes dessinées, qui remettent l’Histoire, la véritable histoire de la Guadeloupe et de son archipel, à la portée de tous. De la période amérindienne jusqu’aux débuts de la colonisation par les Français, cette initiative ludique de Gérard Richard et René Bélénus offre un regard frais et historiquement rigoureux sur la genèse de la construction guadeloupéenne.

L’Histoire des îles de Guadeloupe, publiée en 2 tomes aux éditions du Signe avec le soutien du conseil régional, souligne une démarche pour le moins audacieuse. Raconter 2 000 ans de faits historiques par le biais de dessins. Ces différents visages et regards sur lesquels se pose l’Histoire sont des formes bien plus attrayantes que de longs textes interminables. Les jeunes guadeloupéens pourront ainsi s’approprier l’histoire de leur île, et perpétuer un savoir historique indispensable à la construction identitaire, socle nécessaire du votre ensemble.

Les écrivains et dessinateurs, Olivier Brazao et Jean-Marie Cuzin, ne cachent pas leur satisfaction, et y voient l’occasion pour les jeunes de « s’approprier leur histoire et structurer leur personnalité
Fély Kacy-Bambuck, vice-présidente de la Région en charge de la culture, s’est également réjouie de cette initiative. « En subventionnant l’éditeur, nous promouvons la Guadeloupe et le talent de nos auteurs. »

Kaloukaela, l’île aux cannibales et l’île Rebelle

Les deux opus du projet, balayent respectivement deux périodes bien distinctes. Dans Kaloukaera, l’île aux cannibales, Gérard Richard met en lumière le mode de vie des Amérindiens, les premiers habitants.
Sont présentés l’agriculture, la création artistique de ce peuple, sans oublier la mémorable rencontre avec Christophe Colomb et les Espagnols.
Le second tome, L’Île rebelle par René Bélénus, narre pour sa part la possession de la Guadeloupe par la France dès 1635. Mêmes les intrigues politico-économiques entre Français et Anglais y sont racontées.

Est-ce là le début d’une longue série, les auteurs envisagent dès à présent deux futurs opus qui paraitront fin 2014. Ils porteront sur la crise du système esclavagiste en Guadeloupe, et évoqueront également l’assimilation et la mondialisation de l’archipel guadeloupéen.
Deux ouvrages qui relèvent d’une véritable utilité publique, tant il est vrai qu’un peuple sans histoire est un arbre sans racines.


Leave a Comment