By / 25th mars, 2014 / Actu, Culture / No Comments

> 1ère partie de l’interview.

Ton avis sur la création musicale guadeloupéenne ?
Je porte un regard très attentif sur les productions venues de la Guadeloupe. Je trouve qu’il y a un besoin, depuis des années, de faire évoluer nos musiques. N’oublions pas que nous sommes géographiquement situés à un carrefour musical. La richesse de notre culture, associée aux autres cultures de la Caraïbe, fait de la Guadeloupe un vivier musical des plus original, parfois même envié par nos voisins américains !
Nous devrions seulement faire attention à ne pas tomber dans la facilité qui consiste à ne créer qu’à des fins financières ou ostentatoires, au détriment d’une vraie démarche artistique.

Les musiques antillaises sont porteuses d’authenticité, d’originalité et ne peuvent qu’enrichir la scène française et internationale. Nous devons en être fiers. Les langues, les rythmes, les sonorités et même les thèmes défendus dans ces titres venus « d’ailleurs » seraient incontestablement un atout culturel pour la France, à condition qu’elle accepte ces voix si spécifiques.

La phénomène “bouillon”, est-il de mauvais goût ?
L’essor du bouillon en Guadeloupe remet selon moi en question la place qu’a notre propre culture chez nous par rapport aux musiques qui nous viennent de l’extérieur. Nous avons trop souvent tendance à accepter tout ce qui vient de l’extérieur aux dépens de notre propre culture, je pense qu’un juste milieu s’impose.

Quel regard portes-tu sur le climat social et économique en Guadeloupe ?
Je trouve que la Guadeloupe vit une situation assez paradoxale car à la fois nous faisons face à des problèmes tels que le chômage, la violence et la drogue, et d’un autre coté, il y a une forte envie de faire évoluer les choses, de créer, d’entreprendre durablement. C’est une situation qui a évolué de façon proportionnelle à cette fameuse crise mondiale.
Il ne faudrait cependant pas penser que ces difficultés ne sont propres qu’à la Guadeloupe comme certains voudraient nous le faire croire. Il y aurait énormément de choses à dire mais il me semble surtout que l’éducation et la solidarité sont les principales clés susceptibles de garantir un bel avenir à notre société.

•Des solutions pour “redresser le pays » ?
Je ne voudrais pas passer pour un donneur de leçons et je ne fais pas de politique mais il me semble que le rôle de nos dirigeants joue pour beaucoup dans la situation actuelle. Ce sont eux les principaux décideurs, eux qui donnent le ton. Nous concernant, nous le peuple, nous devons prendre conscience que l’éducation de nos enfants est primordiale. C’est en étant soudés que nous pourrons progresser!

Plus d’infos sur http://www.stephanecastry.com/ et https://myspace.com/stephanecastry


Leave a Comment